Quand le burn-out touche aussi les enfants

Le burn-out, vous en avez déjà vécu l’expérience ou en avez entendu parler ! Burn-out professionnel ou maternel, personne n’est à l’abri du surmenage. Et encore moins les enfants !

Eh oui ! Les enfants peuvent aussi être victime de Burn-out.

Comment vous pouvez le déceler ? Comment le soigner ? Que faire ? Autant de questions qui méritent d’être éclaircies.

Le burn-out des enfants : fatalité des parents.

Aucun parent ne voudrait entendre que son enfant est victime de burn-out. Cela peut faire peur en effet, mais sachez qu’en tant que parent, vous devez soutenir votre enfant et rester lucide.

Tout d’abord, il faut préciser que le fait d’être surmené n’est pas une fatalité en soi.

C’est même normal, pourquoi ? Parce qu’à un moment de sa vie, il se pourrait qu’un enfant soit stressé et que ce stresse atteigne un degré élevé. Vous devez en tant que parent le soutenir durant cette période difficile.

Les signes de burn-out chez les enfants

Soyez attentifs aux comportements de vos enfants. Voyez s’il stresse souvent, s’il se sent étrangement fatigué, ou plus que d’habitude. Renseignez-vous auprès des professeurs si vous avez peur, mais ne faites pas de conclusions hâtives !

Vous angoisserez encore plus votre enfant et vous aussi par la même occasion. En cas de doute sérieux, prenez rendez-vous chez un médecin et expliquez-lui ce qu’il se passe. Lui seul pourra vous dire s’il s’agit réellement d’un burn-out ou pas.

Et s’il s’agit réellement d’un burn-out ?

Dites à votre enfant de se reposer totalement. C’est le seul remède pour récupérer vite après une période de surmenage. Comme s’il s’agirait d’une convalescence, faites-en sorte qu’il ne se fatigue pas et surtout pas mentalement.

Soyez à son chevet, il doit avoir peur de ne pas pouvoir se rendre en cours ou sortir avec ses amis, expliquez-lui pourquoi. La consigne est de ne pas le brusquer, ni de l’épuiser.

One thought on “Quand le burn-out touche aussi les enfants

  1. Mon enfant a été victime de surmenage à l’âge de 16 ans. Nous ne savions pas ce que c’était au début puis le médecin nous a tout expliqué. Après un long repos, elle se sent mieux maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *